Actualité de la météo,de l'astronomie et de la sciences à la une du jour

 

Retrouvez toutes notre Actualité a la une du jour en Astronomie et Métérologie et de la sciences

 

Actualitées astronomie et meteorologie

  • LE 17.01.2020: Actualité de la météo,de l'astronomie et de la science/ Coup de froid sec sur la France à partir du week-end A 12H05

    Article publié le 16/01/2020

     

     

    cdcUn hiver pour le moment toujours aussi doux :

     

    La douceur persiste depuis décembre sur la France et les coups de froid ont été quasiment absents. La première décade de janvier a continué sur la lancée de Décembre avec une anomalie positive de +1 à +4°c sur la France mais plus généralement une anomalie de température positive sur la quasi-totalité de l’Europe et de la Russie.

     

     

    Anomalies de températures du 1er au 14 janvier 2020 dans le Monde - source : Météo-France

     

     

    Cet hiver se classe donc pour le moment à la troisième place des hivers les plus doux depuis le début des relevés avec une température moyenne de +7.8°c sur la France du 1er Décembre 2019 au 14 janvier 2020.

    Même si cette tendance douce semble perdurer d’après les prévisions saisonnières pour les prochaines semaines et les prochains mois, nous ne sommes pas à l’abri de coups de froid, somme toute normaux pour la saison.

     

    Changement de temps au passage du front froid ce Vendredi :

     

    Après la douceur de ce Jeudi, un front froid va circuler sur la France d’Ouest en Est sur le pays demain Vendredi. Celui-ci va apporter de la neige en quantité modérée sur les massifs, et notamment les Alpes, au-dessus de 1500m.

     

    Accumulations de neige prévues sur les massifs français d'ici Samedi 18 janvier 19h00 - Via Skipass

     

    Au-dessus de cette altitude, des quantités de 10 à 30cm sont prévues d’ici Samedi matin, ce qui permettra d’augmenter un peu plus la couche de neige déjà présente. Cependant, même si la limite pluie-neige devrait s’abaisser en fin de front, les quantités prévues à basse altitude devraient se montrer dérisoires.

    Concernant les autres reliefs français, la limite-pluie neige devrait être trop élevée au passage de la perturbation pour augmenter le manteau neigeux déjà bien déficitaire sur le Massif-Central, le Jura et les Vosges. Les cumuls de neige prévus à moyenne/haute-altitude sur les Pyrénées s’annoncent également assez faibles (entre 5 et 15cm suivant les secteurs).

     

    Baisse des températures à partir du week-end :

     

    Ce front froid aura néanmoins pour effet de povoquer une baisse des températures sur la majeure partie de la France pour les prochains jours. En effet, plusieurs creusements dépressionnaires devraient se former en Méditerranée ce week-end et engendrer un basculement progressif du flux en altitude au Nord-Est d’ici Dimanche :

     

    Evolution de la température en altitude (850 hPa) entre Jeudi 16 Janvier et Mard 21 Janvier - modèle GFS via WXCHARTS

     

    De l’air froid va donc s’engouffrer par l’Allemagne pour concerner la majeure partie du pays à partir de ce week-end, provoquant une baisse générale des températures.

    De ce fait, les gelées vont faire leur retour dans le Nord et le Nord-Est du pays dès Samedi soir et se propager peu à peu à la quasi-totalité du territoire d’ici le milieu de semaine prochaine. La matinée de Mardi semble être la plus froide de la semaine avec des gelées généralisées et parfois assez fortes, notamment dans les vallées Alpines, le Nord-Est et le Massif-Central :

     

    Températures au sol minimales envisagées du Dimanche 16 au Mercredi 22 Janvier sur la France - via WeatherOnline

     

    Les températures maximales s’annoncent également en forte baisse, repassant même sous les normales en début de semaine prochaine sur une grande partie de la France.

     

    Un vent sensible renforçant la sensation de froid :

    De plus, ces basses températures seront accompagnées d’une brise persistante de Nord-Est sur la France à partir de Dimanche jusqu’en milieu de semaine suivante. Ce vent parfois modéré voire assez fort (rafales entre 30 et 60km/h du Nord-Est au Sud-Ouest du pays de Dimanche à Mardi) va faire baisser les ressentis. Ce sera notamment le cas Lundi matin où cette bise de Nord-Est devrait se montrer bien présente et les températures au sol également basses.

    Températures ressenties au vent (Wind Chill) prévues pour la matinée de Lundi 20 Janvier sur la France - modèle GFS via WX CHARTS

     

    Par exemple, pour Besançon (25), les températures à 2m sont prévues d’atteindre -1°c Lundi matin avec des rafales de Nord-Est autour de 50km/h, soit un ressenti de -10°c !

    L'air froid combiné au vent assez fort de Nord-Est pourrait provoquer un épisode de bise remarqué sur le Léman en début de semaine prochaine. Ce vent engendre en effet une houle assez importante sur le lac venant ensuite s'écraser sur la partie Ouest du Léman en hiver, l'eau projetée gèle ensuite sur les berges si les températures sont suffisamment froides.

     

     Episode de bise durant l'hiver 2005 près de Genève - Photo P-A Devaud

     

    Ce vent devrait peu à peu s'estomper en milieu de semaine et les températures remonter graduellement au fil des jours d'ici le week-end prochain.

     

    Le temps sec persiste malgré tout …

    Même si le froid s’annonce présent, celui-ci devrait malheureusement se manifester sans précipitations. Après le passage du front froid de Vendredi l’anticyclone va de nouveau s'imposer sur la France et notamment sur la moitié Nord. La pression atmosphérique devrait même atteindre des valeurs localement supérieures à 1045hPa au Nord de la Seine durant la journée de Lundi.

     

    Précipitations (neige et pluie) prévues du Jeudi 16 Janvier au Mardi 21 Janvier sur la France - Modèle GFS via WX CHARTS

    Un temps calme à attendre donc, dans la continuité de ce que nous connaissons depuis la mi-décembre. Nous surveillerons malgré tout la journée de Dimanche dans le Nord-Est du pays où une relative humidité pourrait persister, pouvant engendrer quelques faibles averses de neige jusqu’en plaine. 

    Les précipitations vont se montrer quasiment absentes sur le reste du territoire à partir du week-end, exception faite de la Méditerranée et des Pyrénées, sous l’influence d’une zone dépressionnaire près de l’Espagne.

    C'est d'ailleurs paradoxalement en le Sud de l'Espagne et le Nord du Maroc que le risque de neige est le plus important avec une dépression près du détroit de Gibraltar drainant l'air froid jusqu'à la Méditerranée, cet air froid sera quant à lui accompagné de précipitations ce qui engendrera un risque de neige à basse voire très basse altitude (proche de la plaine) pour ces régions, notamment en journée de Lundi :

    Risque de neige à très basse altitude (proche de la plaine) sur le Sud de l'Estpagne et le Nord du Maroc le Lundi 20 Janvier - Modèle GFs via WX CHARTS

    Un coup de froid sec, classique pour la saison donc, mais qui se démarquerait dans cet hiver particulièrement doux pour le moment sur la France. 

     

     

     

    SOURCES METEO PARIS

     

  • LE 17.01.2020: Actualité de la météo,de l'astronomie et de la science/ Orion et sa région offrent des friandises aux jumelles hivernales.

    Étoiles d'hiver colorées

    Orion et sa région offrent des friandises aux jumelles hivernales.

    Par Phil Harrington  | Publication: mardi 7 janvier 2020

    ASYPH0120_01

    La majestueuse constellation d'Orion offre deux étoiles éblouissantes et colorées aux téléspectateurs binoculaires: Bételgeuse (orange vif, gauche du centre) et Rigel (bleu-blanc, près en bas à droite). 

    TONY HALLAS

    Après la fin des vacances, l'hiver peut être une période grise de l'année. En regardant dans mon jardin, le sol est couvert de neige et les arbres sont nus. Pas beaucoup de couleurs là-bas.

    Mais ce que ma vue terrestre monochromatique peut manquer, le ciel nocturne fait plus que compenser: Le ciel d'hiver regorge d'étoiles colorées. Ce mois-ci, faisons le tour de quelques-uns pour redonner un peu de couleur à nos vies.
    L'une des étoiles les plus intensément colorées du ciel est la Betelgeuse d'Orion (Alpha [α] Orionis).

    Bételgeuse a toujours mené une vie colorée. Il y avait suffisamment de masse - probablement 15 à 20 fois celle de notre Soleil - quand il a vu le jour il y a environ 10 millions d'années pour créer une étoile de séquence principale de type O bleu. Mais depuis lors, Bételgeuse a dilapidé son combustible nucléaire et évolué hors de la séquence principale vers le pays des supergéants rouges, où nous le trouvons aujourd'hui. Un coup d'œil décontracté à travers les jumelles affiche immédiatement sa superbe couleur rougeâtre. Essayez d'adoucir légèrement la mise au point pour amplifier davantage la teinte.

    Rigel (Beta [β] Orionis) est une autre vue vibrante à travers des jumelles. Bien que désignée comme la deuxième étoile la plus brillante de la constellation, Rigel surpasse en fait Bételgeuse d'un quart de grandeur. Il est classé comme une supergéante bleu-blanc spectaculaire. À travers des jumelles, l'étoile brille comme un saphir stellaire intense, de couleur vive contrastant avec la bételgeuse rouge rubis.

    Aldebaran (Alpha Tauri) a un type spectral de K. C'est une étoile géante orange qui offre également un spectacle vivant avec des jumelles. L'effet se démarque particulièrement bien dans le contexte du Hyades Cluster. Bien qu'il semble certainement qu'Aldebaran appartient à la grappe, ce n'est qu'une chance, une coïncidence en ligne de vue. Le Hyades est à environ 150 années-lumière, ce qui en fait l'un des amas ouverts les plus proches de la Terre. Aldebaran, cependant, se trouve à moins de la moitié de cette distance. La plupart des étoiles des Hyades apparaissent blanches, bien que quelques-unes offrent des touches de jaune ou d'orange. Par exemple, la double étoile binoculaire Theta1 (θ1) et Theta2 (θ2) Tauri affiche des couleurs contrastées de jaune et de blanc, respectivement. 

    Certaines des étoiles les plus colorées du ciel sont une race spéciale de géants rouges de type M dont la luminosité varie, car les courants convectifs transportent du carbone du plus profond de la surface de l'étoile, créant une couche externe riche en carbone. Tout comme les particules dans notre propre atmosphère provoquent des couchers et des levers de soleil rouges, cette couche de carbone disperse l'extrémité bleue de la lumière visible de l'étoile tout en permettant aux rouges et aux oranges de passer dans l'espace et à nos yeux en attente.

    L'une des étoiles de carbone les plus connues est R Leporis, située à environ 7,5 ° au sud-sud-ouest de Rigel. Vous le connaissez peut-être sous son surnom populaire, Hind's Crimson Star, d'après l'astronome britannique John Russell Hind, qui l'a découvert en 1845. La luminosité de R Leporis varie de 5,5 à 11,7, avec une période de 427 jours. Comme c'est le cas avec la plupart des étoiles de carbone, la rougeur de R est la plus impressionnante vers une luminosité minimale. C'est en dessous de la plupart des seuils binoculaires, mais vous pouvez toujours le regarder en descendant. Et c'est exactement ce qu'il fait maintenant; R est passé au maximum début novembre. À mesure que l'hiver avance, gardez un œil dessus car il s'assombrit et rougit vers le minimum suivant à la fin du printemps.

    Clôturons le premier mois de 2020 avec une double étoile frappante recommandée par le lecteur Robert Pickman. Sa suggestion est connue sous le nom de h3945, la 3 945e entrée d'un catalogue à deux étoiles avec plus de 5 500 membres, créé par John Herschel au début du 19e siècle. Il porte également le label 145 G Canis Majoris, le G indiquant sa désignation dans l'Uranometria Argentina de 1879 par Benjamin Gould. (De nombreuses références omettent incorrectement le G.) Quoi qu'il en soit, il est situé à 3,6 ° au nord-est de Wezen (Delta [δ] Canis Majoris), le coccyx du grand chien. 

    Là, nous découvrons un jumelage fortuit d'un soleil primaire de 5,0 magnitudes avec un compagnon de 5,9 magnitudes séparé par 26,8 ". C'est serré par des jumelles, mais théoriquement possible dans des conditions de ciel idéales à 10x. Je n'ai jamais eu de chance de les séparer avec mes 10x50, mais le font régulièrement dans mes 16x70. Un coup d'œil à travers ce dernier et on comprend pourquoi h3945 est surnommé l'Albireo d'hiver: l'étoile plus brillante brille d'un éclat doré, tandis que le compagnon a l'air bleu glacial. Mon collègue chroniqueur d'astronomie Glenn Chaple une fois a écrit que h3945 est «l'une des étoiles doubles les plus colorées, mais sous-estimées du ciel». 

    Avez-vous une cible préférée que vous aimeriez partager avec nous? Contactez-moi via mon site Web, www.philharrington.net.

    Source: http://www.astronomy.com
    Lien: http://www.astronomy.com/magazine/phil-harrington/2020/01/colorful-winter-stars?utm_source=asyfb&utm_medium=social&utm_campaign=asyfb&fbclid=IwAR2kZ4BXa7qI03kEeKv4WggXIdoLTRMhSJk7r-yuhDb-rrTgIZNsoVXDbJA

     

  • LE 17.01.2020: Actualité de la météo,de l'astronomie et de la science/ Climat : une décennie record à venir A 11H05

    LE 17.01.2020: Actualité de la météo,de l'astronomie et de la science/  Climat : une décennie record et "beaucoup" de phénomènes météos extrême à venir A 11H05

     

    Par LEXPRESS.fr avec AFP ,publié le , mis à jour à 

     

    Notamment à cause des niveaux records de gaz à effet de serre, l'ONU annonce "beaucoup de phénomènes météorologiques extrêmes en 2020 et dans les décennies à venir".

    Notamment à cause des niveaux records de gaz à effet de serre, l'ONU annonce "beaucoup de phénomènes météorologiques extrêmes en 2020 et dans les décennies à venir".

     

    AFP PHOTO / GREG BAKER / AFP / GREG BAKER

    La planète a connu sa décennie la plus chaude jamais observée entre 2010 et 2019, selon l'ONU alertant sur des "phénomènes météorologiques extrêmes" à venir.

    Triste record pour la planète. La décennie écoulée (2010-2019) a été la plus chaude jamais observée, a annoncé mercredi l'ONU, confirmant l'inexorable réchauffement climatique de la Terre marqué par un accroissement des phénomènes météorologiques extrêmes. 

    LIRE AUSSI >> 2019 est la deuxième année la plus chaude jamais enregistrée 

    2019 a été la deuxième année la plus chaude dans le monde, après 2016, a indiqué l'Organisation météorologique mondiale (OMM) dans un communiqué. Et 2020 ne s'annonce pas sous de meilleurs auspices.  

    "Malheureusement, nous nous attendons à voir beaucoup de phénomènes météorologiques extrêmes en 2020 et dans les décennies à venir, alimentés par des niveaux records de gaz à effet de serre qui retiennent la chaleur dans l'atmosphère ", a souligné le secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), Petteri Taalas, dans un communiqué. 

    Une tendance qui devrait se poursuivre

    "L'année 2020 a commencé là où 2019 s'est arrêtée - avec des événements météorologiques et climatiques à fort impact", comme en Australie, qui "a connu en 2019 son année la plus chaude et la plus sèche jamais enregistrée", a-t-il ajouté. Cette chaleur record "a préparé le terrain aux immenses feux de brousse qui ont été si dévastateurs" pour l'immense île continent, a-t-il expliqué. 

    Ces incendies monstres ont entraîné la mort de 28 personnes, selon le bilan officiel, détruit plus de 2000 maisons et brûlé une zone de 100 000 kilomètres carrés - plus grande que la superficie de la Corée du Sud.  

    Globalement, les températures moyennes de ces cinq et dix dernières années ont été les plus élevées jamais enregistrées. Depuis les années 1980, chaque décennie a été plus chaude que la précédente, selon l'OMM, qui s'attend à ce que tendance se poursuive. 

    LIRE AUSSI >> Incendies : "En Australie, la végétation est comme du kérosène" 

    Selon l'agence spécialisée de l'ONU, la température mondiale annuelle en 2019 a devancé de 1,1°C la moyenne enregistrée à l'époque préindustrielle (1850-1900). "D'après la trajectoire actuelle des émissions de dioxyde de carbone, nous nous dirigeons vers une augmentation de la température de 3 à 5 degrés Celsius d'ici la fin du siècle", a prévenu M. Taalas. 

    Des conséquences désastreuses

    L'Accord de Paris de 2015 vise à limiter ce réchauffement à +2°C voire 1,5°C, mais même si les quelque 200 pays signataires respectent leurs engagements de réduction de gaz à effet de serre, le réchauffement pourrait dépasser les 3°C. Les scientifiques ont déjà montré que chaque demi-degré supplémentaire augmente l'intensité et/ou la fréquence des canicules, tempêtes, sécheresses, ou inondations. 

     

    Malgré ce constat, la conférence climat de l'ONU (COP25) en décembre à Madrid n'a pas été à la hauteur de l'urgence climatique, une occasion ratée que déplore le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres qui réclame plus d'ambition dans la lutte contre le réchauffement. ​

     

  • LE 17.01.2020: Actualité de la météo,de l'astronomie et de la science/ Retour de la pluie et neige en montagne. A 05H48

     LE 17.01.2020: Actualité de la météo,de l'astronomie et de la science/  Météo vendredi 17 janvier : retour de la pluie et neige en montagne. A 05H48

     

     

     

    Après un jeudi marqué par une douceur printanière, il est temps de ressortir parapluie et blousons pour cette fin de semaine. Bonne nouvelle : la neige revient sur nos montagnes.

     

    France

    Une perturbation traverse la France d'ouest en est. Le front froid, arrivé la veille par la Bretagne continue sa course vers la moitié est en apportant des pluies parfois soutenues en vallée du Rhône et sur la Côte d’Azur en courant d’après-midi avec même une tendance orageuse. Au fil des heures, avec l’arrivée de l’air froid en altitude, la limite pluie/neige s’abaisse sur l’ensemble des massifs et ces chutes de neige deviennent même abondantes sur les Alpes du Nord par effet de blocage. A l’arrière de cette dégradation, un régime de traîne se met en place avec parfois de belles éclaircies notamment sur le littoral atlantique mais également de nombreuses averses.

    Régions

    Sur la Bretagne, la Normandie et les Pays de la Loire, les pluies se sont évacuées plus à l’est en fin de nuit et un régime de traîne se généralise peu à peu avec une alternance d’éclaircies mais aussi de passages nuageux et d’averses. Le vent de sud a tourné au secteur ouest puis nord-ouest en soirée avec un ressenti nettement plus frais.

    Du Centre-Val de Loire à l’Île-de-France et aux Hauts-de-France, les pluies parfois modérées en début de matinée se décalent progressivement vers l’est et laissent place à un régime de traîne avec de nombreuses averses en cours d’après-midi.

    Sur la Bourgogne-Franche-Comté et le Grand Est, Les pluies arrivent en cours de matinée et sont généralement faibles à modérées, bien qu’un peu plus marquées en direction du Jura avec une limite pluie/neige en baisse dans l’après-midi et surtout la soirée, généralement entre 800 et 1000 mètres.

    De la Corse à PACA et à l’Auvergne-Rhône-Alpes, les pluies arrivent progressivement par l’ouest en matinée et concernent dans un premier temps les monts d’Auvergne avec de la neige sur les plus hauts sommets. Dans l’après-midi, les pluies atteignent les Alpes et sont particulièrement soutenues entre la Vallée du Rhône et PACA. La limite pluie/neige s’abaisse en soirée entre 900 et 1000 mètres. A noter que la Corse reste au sec durant toute la journée avant que les averses ne touchent l’île en soirée.

    En Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, les pluies sont parfois soutenues en matinée entre le Pays Basque et le sud du Massif central puis ces précipitations se décalent en direction du sud-est avant de laisser place à un régime d’averses, même si les éclaircies deviennent dominantes par l’Atlantique en deuxième partie d’après-midi.

    Températures

    Les minimales sont souvent en hausse par rapport à la veille, du fait des nuages et du vent avec en général de 5 à 10°C. Il fait localement plus frais en Alsace avec quelques gelées blanches. Dans l’après-midi, les températures accusent une baisse avec des valeurs entre 7 et 13°C en moyenne, même si ces valeurs restent encore supérieures aux normales de 2 à 3°C.

     

    SOURCES CHAINE METEO

     

  • LE 16.01.2020: Actualité de la météo,de l'astronomie et de la science/ Enneigement et météo en montagne : le point du jeudi 16 janvier A 16H46

     

    Comme chaque fin de semaine, la Chaîne météo fait un point sur l'enneigement en montagne et les prévisions météo pour votre week-end.

     

    Après un début de saison souvent prometteur, l'enneigement en montagne est nettement déficitaire à basse et moyenne altitude en cette mi-janvier. Il faut dire que les conditions anticycloniques dominent depuis trois semaines avec un temps durablement sec et doux. Les dernières chutes de neige remontent à vendredi dernier mais elles ont été nettement insuffisantes avec souvent un saupoudrage de quelques centimètres. Les stations des Vosges, du Jura et du Massif-Central situées entre 1000 et 1500 m sont les plus touchées par le manque de neige.  A cela s'ajoutent des températures nocturnes qui ne sont pas assez basses pour la production de neige de culture. Pour ces prochains jours, une perturbation accompagnée d'air plus froid donnera de la neige en montagne au dessus de 1000 à 1200 mètres ce vendredi. Les Pyrénées et les Alpes du Nord devraient être les mieux servies avec 10 à 30 cm de neige attendus au dessus de 1500 mètres.

    Pyrénées : retour de la neige dès ce vendredi

    Après une semaine calme et ensoleillé, la neige fait son retour ce vendredi avec une limite pluie-neige vers 1200 m et une dizaine de centimètres attendus au dessus de 1500 m. Après une accalmie samedi matin, un deuxième épisode de neige concernera l'ouest des Pyrénées entre la fin d'après-midi de samedi et la nuit de dimanche à lundi, laissant 5 à 10 cm supplémentaires au dessus de 1500 m d'altitude. Après une nouvelle accalmie dimanche matin, quelques averses de neige pourront revenir dimanche dans l'après-midi ou la soirée.

    Alpes : 10 à 30 cm attendus entre vendredi après-midi et samedi matin

    Un épisode de neige assez bref mais conséquent se met en place entre l'après-midi de vendredi et la nuit de vendredi à samedi. La limite pluie-neige autour de 1200 à 1300 m en début d'épisode s'abaissera à 800-900 m en fin d'épisode. On attend 10 cm de neige sur les Alpes du Nord vers 1200 m, 15 à 20 cm vers 1500 m et jusqu'à 30 cm au dessus de 1800 m sur les versants les mieux exposés au vent d'ouest à nord-ouest. La perturbation concernera aussi le sud des Alpes au dessus de 1300 mètres avec des hauteurs de neige fraîche de 15 à 20 cm en moyenne au dessus de 1500 m.

    Le beau temps calme reviendra pour le week-end avec de belles éclaircies et de bonnes conditions de ski. Les températures baisseront nettement avec un ressenti très froid dimanche si vous êtes exposés à la bise de nord-est.

    Massif-Central : saupoudrage mais rien de conséquent à attendre...

    Ce vendredi une perturbation va apporter un saupoudrage de quelques centimètres sur les pistes du Massif-Central avec une limite pluie-neige vers 1200 m. Cette perturbation neigeuse n'augure pas d'une véritable amélioration des conditions d'enneigement puisque l'anticyclone sera de retour pour ces prochains jours avec un temps sec si l'on excepte quelques petites chutes de neige sur les crêtes en cours de week-end. Le seul point positif sera le retour de l'air froid en altitude, favorable à la fabrication de neige de culture.

    Jura et Vosges : en attente d'un épisode de neige digne de ce nom...

    Le manque de neige est toujours criant dans les Vosges et le Jura et ce ne sont pas les quelques centimètres de neige attendus ce vendredi sur les crêtes qui vont changer la donne. L'anticyclone se rétablira dès le week-end avec un temps durablement sec pour ces prochains jours. Il faudra faire avec une bise de nord-est glaciale entre dimanche et lundi. Avec le retour du froid en altitude, les canons à neige pourront reprendre du service...

     

    SOURCES CHAINE METEO