Capture comete

LE 22.03.2020: Actualité de l'astronomie / Suivez les tribulations d’Atlas, une comète très prometteuse.

Suivez les tribulations d’Atlas, une comète très prometteuse

 

Xavier Demeersman

Journaliste

 

L’image contient peut-être : nuit et ciel

 

Découverte il y a quatre mois, la luminosité de C/2019 Y4 (Atlas) augmente plus vite que prévu. À ce rythme, nous pourrions l'observer à l'œil nu en avril.

 

La comète Atlas se cache de moins en moins dans la nuit. Et c'est bien normal car l'astre glacé, actuellement à environ 160 millions de kilomètres de la Terre, se rapproche à grands pas du Soleil. Pour les astronomes amateurs, il est désormais beaucoup plus facile de l'observer et les astrophotographes sont ravis de la retrouver tous les soirs, tous témoins de sa luminosité croissante.

Terry Lovejoy@TerryLovejoy66

This is a better representation of the steady brightening of Comet ATLAS Y4 over the past 15 days. This is not an outburst, but normal rapid brightening as the comet approaches the sun.

Voir l'image sur Twitter

357

12:29 - 16 mars 2020

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

124 personnes parlent à ce sujet

De magnitude 8, ce 17 mars 2020, elle pourrait être visible à l'œil nu, du moins avec une paire de jumelle, dans les semaines à venir selon les projections. Au plus près du Soleil, fin mai, sa luminosité pourrait culminer à une magnitude 1, estiment les spécialistes.

Domenico Calia@CaliaDomenico

C/2019Y4 ATLAS

Credit by Gerald Rhemann on March 18, 2020 Eichgraben, Lower Austria

Vidéo intégrée

85

15:18 - 20 mars 2020

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

29 personnes parlent à ce sujet

Observez la comète Atlas !

Si vous souhaitez suivre son parcours dans la nuit étoilée, vous pouvez la rechercher ces jours-ci entre la paire de galaxies M81 et M82 et 23 Ursae Majoris, l'étoile qui figure l'oreille de la Grande Ourse (voir image ci-dessous). Dans les nuits à venir, vous pourrez la suivre se diriger vers la constellation de la Girafe (Cameleopardis).

Rappelons que C/2019 Y4 (Atlas), découverte à la fin de l'année dernière, emprunte la même orbite que C/1844 Y1 alias la « Grande comète e 1844 ». Il n'est donc pas exclu qu'elles aient un lien de parenté et, qui sait ?, que Atlas ait le même destin.

La comète Atlas pointait le bout de son nez près du museau de la Grande Ourse le 17 mars. © SkySafari

La comète Atlas pointait le bout de son nez près du museau de la Grande Ourse le 17 mars. © SkySafari 

Michael Jäger@Komet123Jager

Hello Comet C/2019 Y4 Atlas march 16 UT 22.40 26x5min filter blue 11"/2.2 RASA Asi 1600 cs Michael Jäger

Vidéo intégrée

332

14:45 - 17 mars 2020

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

139 personnes parlent à ce sujet

Michael Jäger@Komet123Jager

Hello C/2019 Y4 Atlas march 16 UT 22.04 RGB 15/15/15min 11"/2.2 RASA Asi 1600 cs Michael Jäger

Voir l'image sur Twitter

137

19:17 - 17 mars 2020

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

45 personnes parlent à ce sujet

Karl Battams✔@SungrazerComets

Nighttime astronomy is another safe entertainment option, so comet C/2019 Y4 (ATLAS) has turned up at a pretty good time!

It continues to brighten, though still not quite naked eye, as seen (upper-left) in this stunning pic by Rolando Ligustri (via https://www.spaceweather.com/ )

Voir l'image sur Twitter

32

16:35 - 19 mars 2020

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

Voir les autres Tweets de Karl Battams

Informations complémentaires sur la comète Atlas dans les articles ci-dessous.

POUR EN SAVOIR PLUS

 Atlas sera-t-elle la comète de l'année ?

Découverte fin 2019, la comète C/2019 Y4 (Atlas) pourrait être de la même famille que la « Grande comète de 1844 ». Elle n'est plus très loin du Soleil et sa luminosité ne fait qu'augmenter. Sera-t-elle la comète de l'année ?

La comète Atlas arrive ! De son vrai nom C/2019 Y4 (Atlas), l'astre venu des confins du Système solaire brille de plus en plus à mesure qu'il se rapproche du Soleil. Actuellement, située au niveau de l'orbite de Mars, Atlas commence à être visible dans les grands télescopes amateurs. En un mois, elle est devenue 100 fois plus brillante (magnitude 11 décru mars).

C'est fin mai, qu'elle sera au plus proche de notre étoile : environ 37,5 millions de kilomètres, un quart de la distance entre la Terre et le Soleil. C'est bien sûr à ce moment qu'elle brillera le plus mais ce n'est pas sans risques pour la comète, chahutée et écorchée par les « feux » du Soleil. Le petit corps de glace et de poussière, soumis à des températures élevées et aux pressions du vent solaire, pourrait se briser et anéantir toute chance pour les Terriens de l'admirer.

Michael Jäger@Komet123Jager

C/2019 Y4 march 5 UT 00.30-1.55 11"/2.2 filter green Michael Jäger

Vidéo intégrée

36

12:36 - 6 mars 2020

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

15 personnes parlent à ce sujet

La comète Atlas va-t-elle devenir la comète de l’année ?

Le contraire peut se produire aussi : la comète pourrait survivre aux déchaînement du rayonnement solaire et nous régaler les jours suivants de l'étirement de sa chevelure flamboyante. Et pourquoi pas être visible en plein jour comme son aînée la « Grande comète de 1844 », laquelle avait marqué les habitants de l'hémisphère Sud. Aînée ou sœur... car les observations suggèrent que les deux astres auraient une même origine, de par leur orbite très similaire.

Le plus souvent imprévisibles, les comètes peuvent autant créer la surprise et se transformer en astre spectaculaire que décevoir par leur éclat au moment de leur passage au plus près du Soleil, le périhélie, dans le Système solaire interne, où nous habitons. Affaire à suivre.

Les points noirs marquent la magnitude observée de la comète Atlas. Un pic de luminosité (magnitude 2 ou 1 ?) est à prévoir fin mai, lors de son périhélie. © Aerith.net

VOIR AUSSILa comète interstellaire Borisov serait-elle un vaisseau spatial extraterrestre ?


Cette comète créera-t-elle la surprise au printemps ?

Article de Xavier Demeersman publié le 29 février 2020

Retenez bien son nom car on risque d'en reparler au fil des prochains mois : C/2019 Y4 (Atlas) ou comète Atlas, pour faire court. Un nom de géant pour un astre minuscule baptisé ici en référence à Asteroid Terrestrial-Impact Last Alert System, le programme qui l'a détecté le 28 décembre 2019, dans les ténèbres des confins du Système solaire.

Connue donc depuis quelques semaines seulement, elle n'est encore qu'un point diffus et pâle qui vogue pour l'instant à travers la constellation de la Grande Ourse. Des astrophotographes chevronnés comme Michael Jäger, coutumier de la chasse aux comètes, ont d'ores et déjà réussi à en capturer un aperçu, une faible lueur qui pour le moment équivaut à une étoile de magnitude 12.

Martin McKenna@martinastro2005

We may have a semi bright comet. C/2019 Y4 ATLAS is brighter than expected, could reach mag +6 for us during late April/May and brighter again when close to the sun, worth monitoring! Image by Michael Jager

Voir l'image sur Twitter

19

23:22 - 24 févr. 2020

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité

Voir les autres Tweets de Martin McKenna

Mais cela va s'améliorer car C/2019 Y4 est en chemin vers le centre du Système solaire où règne le Soleil. C'est le 31 mai qu'elle atteindra le point de son orbite le plus proche de notre Étoile, le périhélie. Sa luminosité devrait tout naturellement culminer autour de cette date, alors qu'elle passera (vu de la Terre) près de l'amas d'étoiles des Pléiades. Petit problème néanmoins : sa luminosité sera consumée par l'éclat flamboyant du Soleil (surtout, ne jamais regarder le Soleil directement), alors dans le Taureau. Il va donc falloir attendre qu'elle s'en éloigne pour l'observer. Cela peut aller vite, comme en 1844...

Gravure montrant la « Grande comète de 1844 » dans le ciel de Tasmanie. © Science Photo Library

Gravure montrant la « Grande comète de 1844 » dans le ciel de Tasmanie. © Science Photo Library 

Une orbite similaire à la « Grande comète de 1844 »

Car oui, fait intéressant et pas des moindres : l'orbite de ce corps de glace et de poussière apparaît très similaire à celle de C/1844 Y1, plus célèbre sous le nom de « Grande comète de 1844 » laquelle avait défrayé la chronique par son éclat inhabituel dans le ciel de l'hémisphère sud - elle était alors visible en plein jour. Il n'est pas exclu par ailleurs que la comète Atlas soit un morceau détaché de ladite « Grande comète » voire, que tous deux soient les fragments d’un astre-parent plus imposant qui se serait brisé voici des siècles.

Observation de la « grande comète de 1844 » par Sir James South, les nuits du 8, 9 et 11 juin 1844 à Kensington. L'astre était alors visible près de Capella, l'étoile la plus brillante du Cocher. © Royal Astronomical Society, Science Photo Library

Observation de la « grande comète de 1844 » par Sir James South, les nuits du 8, 9 et 11 juin 1844 à Kensington. L'astre était alors visible près de Capella, l'étoile la plus brillante du Cocher. © Royal Astronomical Society, Science Photo Library 

Alors, la comète Atlas deviendra-t-elle le spectacle céleste de l'année ? Il n'est pas rare que ces astres créent la surprise. So, wait and see... De belles observations aux instruments seront en tout cas envisageables ce printemps.

Source: https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/comete-suivez-tribulations-atlas-comete-tres-prometteuse-79752/?fbclid=IwAR0_B2gEBPbpL9Mtjutx2mZ_fST5vAAzr71mimIsHf5K2bU0AlGkLHPFAzg

 

 CHEVELURE DE COMÈTE  NOYAU COMÉTAIRE   COMÈTE  astronomie météo

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire