france

  • LE 17.01.2020: Actualité de la météo,de l'astronomie et de la science/ Coup de froid sec sur la France à partir du week-end A 12H05

    Article publié le 16/01/2020

     

     

    cdcUn hiver pour le moment toujours aussi doux :

     

    La douceur persiste depuis décembre sur la France et les coups de froid ont été quasiment absents. La première décade de janvier a continué sur la lancée de Décembre avec une anomalie positive de +1 à +4°c sur la France mais plus généralement une anomalie de température positive sur la quasi-totalité de l’Europe et de la Russie.

     

     

    Anomalies de températures du 1er au 14 janvier 2020 dans le Monde - source : Météo-France

     

     

    Cet hiver se classe donc pour le moment à la troisième place des hivers les plus doux depuis le début des relevés avec une température moyenne de +7.8°c sur la France du 1er Décembre 2019 au 14 janvier 2020.

    Même si cette tendance douce semble perdurer d’après les prévisions saisonnières pour les prochaines semaines et les prochains mois, nous ne sommes pas à l’abri de coups de froid, somme toute normaux pour la saison.

     

    Changement de temps au passage du front froid ce Vendredi :

     

    Après la douceur de ce Jeudi, un front froid va circuler sur la France d’Ouest en Est sur le pays demain Vendredi. Celui-ci va apporter de la neige en quantité modérée sur les massifs, et notamment les Alpes, au-dessus de 1500m.

     

    Accumulations de neige prévues sur les massifs français d'ici Samedi 18 janvier 19h00 - Via Skipass

     

    Au-dessus de cette altitude, des quantités de 10 à 30cm sont prévues d’ici Samedi matin, ce qui permettra d’augmenter un peu plus la couche de neige déjà présente. Cependant, même si la limite pluie-neige devrait s’abaisser en fin de front, les quantités prévues à basse altitude devraient se montrer dérisoires.

    Concernant les autres reliefs français, la limite-pluie neige devrait être trop élevée au passage de la perturbation pour augmenter le manteau neigeux déjà bien déficitaire sur le Massif-Central, le Jura et les Vosges. Les cumuls de neige prévus à moyenne/haute-altitude sur les Pyrénées s’annoncent également assez faibles (entre 5 et 15cm suivant les secteurs).

     

    Baisse des températures à partir du week-end :

     

    Ce front froid aura néanmoins pour effet de povoquer une baisse des températures sur la majeure partie de la France pour les prochains jours. En effet, plusieurs creusements dépressionnaires devraient se former en Méditerranée ce week-end et engendrer un basculement progressif du flux en altitude au Nord-Est d’ici Dimanche :

     

    Evolution de la température en altitude (850 hPa) entre Jeudi 16 Janvier et Mard 21 Janvier - modèle GFS via WXCHARTS

     

    De l’air froid va donc s’engouffrer par l’Allemagne pour concerner la majeure partie du pays à partir de ce week-end, provoquant une baisse générale des températures.

    De ce fait, les gelées vont faire leur retour dans le Nord et le Nord-Est du pays dès Samedi soir et se propager peu à peu à la quasi-totalité du territoire d’ici le milieu de semaine prochaine. La matinée de Mardi semble être la plus froide de la semaine avec des gelées généralisées et parfois assez fortes, notamment dans les vallées Alpines, le Nord-Est et le Massif-Central :

     

    Températures au sol minimales envisagées du Dimanche 16 au Mercredi 22 Janvier sur la France - via WeatherOnline

     

    Les températures maximales s’annoncent également en forte baisse, repassant même sous les normales en début de semaine prochaine sur une grande partie de la France.

     

    Un vent sensible renforçant la sensation de froid :

    De plus, ces basses températures seront accompagnées d’une brise persistante de Nord-Est sur la France à partir de Dimanche jusqu’en milieu de semaine suivante. Ce vent parfois modéré voire assez fort (rafales entre 30 et 60km/h du Nord-Est au Sud-Ouest du pays de Dimanche à Mardi) va faire baisser les ressentis. Ce sera notamment le cas Lundi matin où cette bise de Nord-Est devrait se montrer bien présente et les températures au sol également basses.

    Températures ressenties au vent (Wind Chill) prévues pour la matinée de Lundi 20 Janvier sur la France - modèle GFS via WX CHARTS

     

    Par exemple, pour Besançon (25), les températures à 2m sont prévues d’atteindre -1°c Lundi matin avec des rafales de Nord-Est autour de 50km/h, soit un ressenti de -10°c !

    L'air froid combiné au vent assez fort de Nord-Est pourrait provoquer un épisode de bise remarqué sur le Léman en début de semaine prochaine. Ce vent engendre en effet une houle assez importante sur le lac venant ensuite s'écraser sur la partie Ouest du Léman en hiver, l'eau projetée gèle ensuite sur les berges si les températures sont suffisamment froides.

     

     Episode de bise durant l'hiver 2005 près de Genève - Photo P-A Devaud

     

    Ce vent devrait peu à peu s'estomper en milieu de semaine et les températures remonter graduellement au fil des jours d'ici le week-end prochain.

     

    Le temps sec persiste malgré tout …

    Même si le froid s’annonce présent, celui-ci devrait malheureusement se manifester sans précipitations. Après le passage du front froid de Vendredi l’anticyclone va de nouveau s'imposer sur la France et notamment sur la moitié Nord. La pression atmosphérique devrait même atteindre des valeurs localement supérieures à 1045hPa au Nord de la Seine durant la journée de Lundi.

     

    Précipitations (neige et pluie) prévues du Jeudi 16 Janvier au Mardi 21 Janvier sur la France - Modèle GFS via WX CHARTS

    Un temps calme à attendre donc, dans la continuité de ce que nous connaissons depuis la mi-décembre. Nous surveillerons malgré tout la journée de Dimanche dans le Nord-Est du pays où une relative humidité pourrait persister, pouvant engendrer quelques faibles averses de neige jusqu’en plaine. 

    Les précipitations vont se montrer quasiment absentes sur le reste du territoire à partir du week-end, exception faite de la Méditerranée et des Pyrénées, sous l’influence d’une zone dépressionnaire près de l’Espagne.

    C'est d'ailleurs paradoxalement en le Sud de l'Espagne et le Nord du Maroc que le risque de neige est le plus important avec une dépression près du détroit de Gibraltar drainant l'air froid jusqu'à la Méditerranée, cet air froid sera quant à lui accompagné de précipitations ce qui engendrera un risque de neige à basse voire très basse altitude (proche de la plaine) pour ces régions, notamment en journée de Lundi :

    Risque de neige à très basse altitude (proche de la plaine) sur le Sud de l'Estpagne et le Nord du Maroc le Lundi 20 Janvier - Modèle GFs via WX CHARTS

    Un coup de froid sec, classique pour la saison donc, mais qui se démarquerait dans cet hiver particulièrement doux pour le moment sur la France. 

     

     

     

    SOURCES METEO PARIS

     

  • LE 13.01.2020: Météo en Live, phénomènes dangereux / Tempête Brendan : quel impact pour la France ? à 17H11

     

     

    Les îles britanniques s'apprêtent à subir le passage de la tempête Brendan ce lundi suivie d'une possible deuxième tempête mardi. Les vents pourraient atteindre 150 km/h en Irlande qui sera exposée aux rafales les plus violentes.

     

    Depuis début janvier, l’activité dépressionnaire est très intense sur l'Atlantique Nord, notamment entre l'Irlande, l'Islande et la Norvège, avec le passage de deux tempêtes cette semaine. Elles ont provoqué des vents à près de 200 km/h sur les montagnes écossaises ainsi que dans la région de Tromsø sur la côte norvégienne.

    Tempête Brendan : vers une tempête majeure  ?

    La situation continue à se dégrader avec le creusement très rapide d'une dépression sur Terre Neuve dimanche qui sera propulsée vers l'Irlande, via un courant Jet très violent atteignant près de 300 km/h vers 7000 mètres d'altitude. Nommée Brendan par les services météo irlandais, cette tempête s'annonce particulièrement intense. 

    Cet après-midi et la nuit prochaine, la tempête Brendan traverse l'Angleterre : le Pays de Galles et l’Écosse se situent sur la trajectoire de cette tempête avec des rafales atteignant les 130 à 150 km/h sur caps et côtes exposés. Dans la montagne écossaise, des rafales avoisinant les 200 km/h sont même possibles dans le massif du Ben Nevis et la chaîne des Cairngorms.

    Quelle incidence pour la France ?

    A partir de cet après-midi, le vent se renforce sur les côtes bretonnes. C'est en soirée et dans la nuit prochaine que les vents les plus forts sont attendus sur le nord de la France, situé en marge de cette tempête Brendan. Près du littoral de la Manche, le vent pourra atteindre 100 km/h, voire 110 km/h sur le nord du Finistère, le nord du Cotentin et entre le cap Gris Nez et le Cap Blanc Nez, zones habituellement exposées aux rafales les plus violentes lorsqu'une tempête frappe les îles britanniques.

    Vagues jusqu'à 18 mètres de haut en mer d'Irlande et risques très importants de submersions

    L'arrivée et le passage de cette tempête coïncidera avec des coefficients de marée assez importants (90). Ainsi, au passage de la tempête Brendan creusée à 934 hPa, tous les littoraux exposés plein ouest de l'Irlande et de l’Écosse risquent de subir de très importantes submersions, d'autant que des vagues de près de 18 mètres de haut (soit la hauteur d'un immeuble de 6 étages) sont attendues au large.

    Deuxième tempête mardi sur les îles britanniques : l'Angleterre visée

    Mardi, ce sera au tour de l'Angleterre de subir le passage d'une seconde tempête. Les rafales pourront atteindre 110 km/h sur la Cornouailles et 120 km/h sur le Pays de Galles. A Londres, les rafales les plus fortes pourraient atteindre 110 km/h. Comme lundi, les côtes de la Manche seront impactées : des côtes bretonnes au détroit de Calais, les rafales les plus fortes pourront à nouveau atteindre les 100 à 110 km/h.

    Crues et inondations à redouter sur le sud de la Bretagne

    A ces vents très forts sur la Bretagne s'ajoureront des pluies continues d'intensité modérée à forte : on attend entre lundi et mercredi 20 à 50mm d'eau en moyenne, jusqu'à 80 à 100mm sur les Montagnes Noires qui seront exposées au vent de sud-ouest. La conjonction de ces fortes pluies et des coefficients de marée élevés pourraient provoquer des crues et des inondations ponctuelles sur le sud du Finistère et du Morbihan : en effet, l'écoulement des cours d'eau descendant des Montagnes Noires vers l'océan Atlantique pourrait être contrarié au moment des pleines mers. Le Blavet, l'Isole, l'Odet et la Laïta sont sous surveillance.

     

    SOURCES CHAINE METEO

  • LE 21.12.2019:Météo en Live, phénomènes dangereux / DIRECT TEMPÊTE FABIEN : près de 150 km/h sur la côte basque ! à 20H15

     

    Ce samedi à 18 heures, le vent a un peu faibli après le passage de la perturbation. Mais désormais, c'est une traîne active qui va prendre le relais. Et c'est au passage des plus fortes averses parfois orageuses que les rafales tempétueuses vont se développer et se généraliser cette nuit à tout l'ouest de la France, et notamment sur la Nouvelle-Aquitaine.

    A 16h, le vent continue à se renforcer à l'approche de la tempête Fabien. Le vent vient d'atteindre 148 km/h à la pointe de Socoa entre Saint-Jean-de-Luz et Ciboure sur la côte basque. Tout le littoral atlantique est désormais concerné par des rafales proches de 100 km/h, avec 112 km/h à Messanges (40) 126 km/h à la pointe de Chemoulin (44), 114 km/h à Belle-île-en-mer (85) et 110 km:h à la pointe de Chassiron (17) et à la pointe du Raz (29), Le vent se renforce également dans l'intérieur des terres avec 95 km/h à Loc-Envel (29), 84 km/h à Nantes (44), 82 km/h à Flers (61) et  et 75 km/h à Dax (40).

    A 15h, la tempête Fabien est située à 100km au large de l'île d'Ouessant (29). Creusée à 962 hPa (plus que prévu), elle est propulsée par un Jet Stream atteignant 300 km/h à 8000 mètres d'altitude. Les vents atteignent déjà 139 km/h à Iraty (64), 127 km/h à la pointe du Raz et à Ouessant (29), 120 km/h à la pointe de Penmarc'h (29), 118 km/h à Belle Île en mer (56), 111 km/h à l'île d'Yeu (85)  et 108 km/h à Fouesnant (29).

     

    Dans le golfe de Gascogne, les vagues atteignent déjà 7 mètres de haut entre la presqu'île de Quiberon et Belle-île-en mer.​

  • LE 17.12.2019: Actualité de la météo,de l'astronomie et de la science/ Vers la 3e année la plus chaude jamais enregistrée à 10H10

     LE 17.12.2019: Actualité de la météo,de l'astronomie et de la science/   ACTUALITÉS MÉTÉO 2019 : vers la 3e année la plus chaude jamais enregistrée à 10H10

     

    Cette année 2019 est en passe de devenir la 3e plus chaude au niveau mondial selon le rapport de l’Organisation météorologique mondiale. Nous revenons sur les chaleurs extrêmes de cette année qui devraient marquer l’histoire de la météorologie et du climat.

    Crédit : La Chaîne Météo

    Pour tout le globe, l’OMM a déclaré que la température moyenne sur  la période de janvier à octobre 2019 a été supérieure de 1,1°C par rapport à la période s’écoulant de 1850 à 1900 (ère dite pré-industrielle). L’année 2019 se classe donc provisoirement comme la 3e année la plus chaude jamais observée.

    Actualités France

    Crédit : La Chaîne Météo

    En France, la moyenne des températures sur les 11 premiers mois de l’années dépassent de 1°C la moyenne des températures calculée de 1981 à 2010. La période de janvier à novembre 2019 se classe aussi comme la 3e plus chaude jamais observée depuis 1900. Seules les années 2018 et 2014 ont été plus chaudes.

    Actualités France

    Crédit : La Chaîne Météo

    Un été de tous les records pour la France

    Pour cette année 2019, toute la France ou presque a connu des températures jamais vues. Comme les 46°C relevés le 28 juin 2019 à Vérargues, au pic de la canicule dans le sud-est, certes courte, mais à l’intensité jamais égalée. Vérargues détient donc le record absolu de la température maximale pour la France. Ce jour-là, entre l’Hérault et le Gard, quelques stations dépassent la barre symbolique des 45°C, pulvérisant l’ancien record national de 44,1°C à Saint-Christol-lès-Alès en 2003.

    En juillet, c’est au tour de la moitié nord d’être concernée par une canicule courte mais, encore une fois, à l’intensité jamais vue.  Les villes de Bordeaux, Dunkerque, Paris et bien d’autres encore battent leurs records absolus de chaleur. Les températures dépassent allègrement les 40°C. On a atteint 42,6°C à Paris et 41,3°C à Dunkerque. Le record de Dunkerque se trouve même être plus élevé que celui de Bordeaux du 23 juillet et ses 41,3°C.

    Ailleurs qu’en France, la chaleur a aussi affolé le “mercure”. Beaucoup de pays européens en juillet ont été touchés par la canicule qui a sévi en France. Avec, là encore, de nombreux records nationaux et absolus à la clef.

    Actualités France

    Crédit : La Chaîne Météo

    En Europe : une pluie de records nationaux et tous mois confondus de chaleur

    En dehors de la France, l'Europe a vu 7 de ses records nationaux battus au cours des mois de juin et de juillet. 

    Andorre a battu son record de chaleur avec 39,4°C le 28 juin à Borda Vidal.

    Le 23 juillet, l'île de Jersey a battu son record absolu de chaleur avec 36°C.

    Viennent ensuite la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg qui ont dépassé pour la première fois de leur histoire les 40°C au cours de la canicule de juillet 2019. La Belgique a battu son record de chaleur à Begijnendijk avec 41,8°C le 25 juillet.

    Ce même jour, les Pays-Bas ont battu leur record de chaleur avec 40,7°C à Gilze Rijen et le Luxembourg clôt la marche des records nationaux de chaleur du Benelux avec 40,8°C à Steinsel.

    Ce même 25 juillet, au pic de la canicule, l'Allemagne a aussi battu sa température la plus élevée avec 42,6°C à Lingen (valeur contestée, mais toutefois homologuée par le service météorologique national).

    Enfin, le Royaume-Uni a établi ce 25 juillet à Cambridge son nouveau record absolu de chaleur avec 38,7°C. Les services météorologiques ont validé cette mesure quelques jours plus tard.

    Dans le monde, d’autres records de chaleur ont été battus cette année.

    Les autres records nationaux et tous mois confondus de chaleur dans le monde

    Lors de l'été austral (hémisphère sud), les îles Christmas (Australie) ont ouvert le bal 2019 des records nationaux avec une température de 31,6°C le 19 janvier.

    La Réunion a également battu son record ce même mois, le 25 janvier avec une température de 37°C à la pointe des Trois-Bassins.

    L'Afrique a aussi vu deux de ces pays atteindre leur température la plus élevée jamais enregistrée au mois de mars avec l'Angola et ses 41,6°C mesurés le 22 mars et le Togo 43,5°C le 28 mars.

    De l'autre côté du globe, le Vietnam établit aussi sa température la plus élevée avec 43,4°C le 20 avril.

    Un autre record est tombé également à Cuba avec 39,1°C mesurés à Veguitas le 30 juin.

    Pour conclure, le Zimbabwe a aussi battu son record de chaleur absolu le 28 octobre 2019 avec 45,9°C.

    D’autres records de chaleur en perspective pour cette fin d’année ?

    Actuellement, la France tout comme l’Europe de l’est se trouvent en flux de sud. Des records mensuels de douceur pour certaines villes ne sont pas exclus, ce qui pourrait accentuer la tendance selon laquelle 2019 se classerait parmi la 2e ou 3e année la plus chaude.

    De plus, à l’autre bout du monde, on s’attend à de nombreux records de chaleur battus cette semaine en Australie. La température maximale la plus élevée pour l’hémisphère sud pourrait même être tutoyée. Il pourrait s’agir aussi, d’ici mercredi et jeudi, de la journée la plus chaude jamais mesurée pour le pays.

  • LE 17.12.2019: Actualité de la météo,de l'astronomie et de la science/ Météo mardi 17 décembre : des températures dignes de début avril à 00H10

    Mettez les gros blousons au placard pour quelques jours car la grande douceur, hors norme pour la saison, gagnera les ¾ du pays durant cette journée de mardi.

     

    France

    Un front ondule encore une fois sur les mêmes régions du nord-ouest avec des nuages et de faibles pluies, accompagnés d’un vent de sud assez fort virant au secteur sud-ouest.  En allant plus au sud, le ciel est souvent voilé mais la luminosité reste bien présente sauf près de la montagne Noire et des Cévennes où les pluies perdurent et sont parfois soutenues. Le vent souffle toujours fort des Pyrénées au Massif central même s’il faiblit. En fin d’après-midi et soirée, des pluies parfois orageuses et marquées gagnent de la Nouvelle-Aquitaine au Centre-Val de Loire puis en direction des Ardennes.

    Régions

    De la Bretagne aux Hauts-de-France, en passant par la Normandie, le temps reste couvert et faiblement pluvieux. Quelques éclaircies se développent en fin d’après-midi par la Bretagne mais vous n’êtes pas à l’abri d’averses. Le vent de sud parfois assez fort tourne au secteur sud-ouest.

    Du Centre-Val de Loire au Grand Est, en passant par la Bourgogne-Franche-Comté et l’Île-de-France, le ciel est souvent assez chargé en matinée même si de belles éclaircies se développent. En deuxième partie d’après-midi des pluies localement orageuses remontent du Limousin en direction des Ardennes.

    En région Auvergne-Rhône-Alpes, PACA et Corse, le ciel est souvent voilé et le vent de sud soufflle toujours mais moins fort que la veille. Les rafales atteignent en matinée encore les 60 à 80 km/h en plaine et plus de 90 km/h en montagne. Quelques faibles averses sont possibles sur la façade orientale de la Corse.

    En Occitanie et Nouvelle-Aquitaine, le ciel est chargé et des pluies cévenoles sont en place tout du long de la journée, poussées par le vent de sud. D’autres pluies soutenues et orageuses se mettent en place dans l’après-midi du midi toulousain à l’ouest du massif central. Le vent d'Autan souffle fort avec des rafales supérieures à 80-90 km/h.

    Températures

    La grande douceur envahit l’ensemble du pays avec des minimales souvent supérieures à 10°C. Les températures à l’aube sont comprises entre 5°C dans les Côtes-d’Armor et 14°C au sud-ouest. Dans l’après-midi, les températures s’envolent avec des valeurs comprises entre 11 et 18°C, des valeurs parfois 7 à 8°C au-dessus des normales.