météo

  • LE 5.04.2020: Actualité de l'astronomie / SpaceX vient de dévoiler le guide d'utilisation du Starship..

    SpaceX vient de dévoiler le guide d'utilisation du Starship

     

    Rémy Decourt

    Journaliste

    Le futur système de transport de SpaceX, le Starship, dont le développement a débuté de façon chaotique - deux prototypes de démonstrateur ont explosé - devrait être mis en service d'ici quelques années. En attendant, SpaceX vient de rendre public le guide d'utilisation du Starship, indispensable à tous ceux qui souhaitent confier une mission de transport spatial ou de lancement de satellites.

     

    SpaceX a rendu publique une version allégée de son guide d'utilisation du Starship, dont le développement a débuté de façon chaotique. Ce futur système de transport réutilisable à tout faire doit, dès sa mise en service, remplacer dans des délais très courts, l'ensemble de la gamme actuelle de lanceurs et de systèmes de transport de fret et habité de SpaceX. C'est-à-dire le Falcon Heavy et le Falcon 9, utilisés pour le lancement de satellites, le ravitaillement de la Station spatiale internationale et la rotation des équipages. Pour rappel, « Starship » désigne le véhicule de transport spatial et l'étage supérieur du lanceur. L'étage principal, c'est-à-dire le booster nécessaire pour lancer Starship s'appelle « Super Heavy ».

    Tel que présenté par SpaceX, Starship a été conçu pour transporter en orbite une très large variété de charges utiles de fort tonnage, mais aussi pour les envoyer sur la Lune ou sur Mars. Dans sa version habitée, Starship est le véhicule spatial que souhaite utiliser Elon Musk pour coloniser la planète Mars. Capable de transporter une centaine de personnes, il sera également utilisé pour des missions de transport à destination de la Lune et des liaisons terrestres de point à point en passant par l'espace.

    Principe de fonctionnement de la coiffe du lanceur Starship, dans sa version transport de fret et de satellites. © SpaceX

    Principe de fonctionnement de la coiffe du lanceur Starship, dans sa version transport de fret et de satellites. © SpaceX 

    Ce guide est un document indispensable à tous les clients potentiels et les utilisateurs du Starship car il permet de juger si ce lanceur, tel que présenté, répondra à leurs besoins. Il renseigne sur les capacités d'emport du lanceur en fonction des orbites visées et du type de mission souhaitée. Avec un diamètre de huit mètres et une longueur pouvant atteindre 22 mètres (dans une version étendue), la coiffe du Starship offre le plus grand volume de charges utiles de tous les lanceurs en service ou en développement. À titre de comparaison, la coiffe d'Ariane 6, dont le vol inaugural a été reporté à 2021, offrira un diamètre de 5,4 mètres et une longueur de 20 mètres.

    Des missions inédites et jamais vues depuis l'époque des navettes spatiales

    Ce Starship sera capable d'envoyer 100 tonnes en orbite basse, à 500 kilomètres d'altitude, et jusqu'à 21 tonnes en orbite de transfert géostationnaire. Des performances inédites pour un lanceur commercial ! Mais, dans un scénario qui reste encore à maîtriser et nécessite l'acquisition de technologies en cours de développement avec la Nasa, SpaceX annonce que le ravitaillement du Starship sera possible en orbite. Une capacité qui ouvre des perspectives inédites en matière de lancement d'infrastructures de plus de cent tonnes à destination de la Lune ou de Mars !

    Concernant les vols habités, SpaceX prévoit des équipages de 100 personnes. Il détaille a minima la configuration et l'architecture interne du véhicule habité qui comprendra des cabines privées, de grandes zones communes, un stockage centralisé, des abris contre les radiations et une galerie d'observation.

    Dans sa version transport de fret, le Starship de SpaceX sera capable de livrer plus de cent tonnes de matériel sur la Lune, dont des rovers. © SpaceX

    Dans sa version transport de fret, le Starship de SpaceX sera capable de livrer plus de cent tonnes de matériel sur la Lune, dont des rovers. © SpaceX 

    Côté pratique, ce guide renseigne également, a minima, sur le confort des charges utiles embarquées sous la coiffe du lanceur. Il donne des informations chiffrées sur différents paramètres environnementaux et contraintes physiques attendues lors du décollage du lanceur et pendant toute la phase du vol atmosphérique. Il faut savoir que l'onde sonore produite par les moteurs sollicite la structure du lanceur au moment du décollage, entraînant des vibrations et des bruits transmis qui pourraient endommager les satellites embarqués dans la coiffe du lanceur. Des vibrations, d'origine aéro-acoustique, sont également possibles et sont susceptibles de perturber le fonctionnement des équipements du lanceur, voire endommager la charge utile. Tout un tas de contraintes, communes à tous les lanceurs, que les futurs clients de SpaceX devront prendre en compte.

    Enfin, ce document n'inclut évidemment pas d'informations sur le prix des différentes missions du Starship et encore moins la date à laquelle les différents services de lancement seront opérationnels. En début d'année, SpaceX avait comme objectifs un vol en orbite dès l'année prochaine et un atterrissage sur la Lune en 2022 afin d'y déposer des modules habitables et l'infrastructure nécessaire aux astronautes qui s'y rendront en 2024.

    En conclusion, et comme le souligne à juste titre Elon Musk, Starship permettra la réalisation d'activités spatiales qui n'ont plus été possibles depuis le retrait de la navette spatiale en juillet 2011 ou qui n'avaient jamais été possibles auparavant. Notez que si un client souhaite des capacités supplémentaires à ce qui a été annoncé ou conceptualiser de nouvelles idées, SpaceX est ouvert à la discussion.

    Source: https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/acces-espace-spacex-vient-devoiler-guide-utilisation-starship-80377/#utm_content=futura&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=futura

  • LE 5.04.2020: Actualité de l'astronomie / 30 ans d’Hubble : la nébuleuse de la Tête de Cheval comme vous ne l'avez jamais vue.

    30 ans d’Hubble : la nébuleuse de la Tête de Cheval comme vous ne l'avez jamais vue

    Nathalie Mayer

    Journaliste

     

    Publié le 01/04/2020 à 18h05

    Parmi les innombrables images produites par le télescope spatial, il y a une foule de nébuleuses. Et tout particulièrement, la nébuleuse dite de la Tête de Cheval.

    Zoom sur la nébuleuse de la Tête de Cheval. © HubbleESA, YouTube

    La nébuleuse de la Tête de Cheval est un nuage obscur qui se cache dans la constellation d'Orion, à quelque 1.600 années-lumière de la Terre. Elle est habituellement montrée sous la forme d'un nuage sombre se découpant sur un fond de gaz incandescent.

    Mais en 2013, le télescope spatial Hubble nous en a offert une image inédite. Époustouflante. Grâce à une caméra sensible aux infrarouges, il a pu percer les poussières pour dévoiler des panaches de gaz et une structure délicate.

    Rappelons que la nébuleuse est le résultat de l'effondrement d'un nuage interstellaire, illuminé par une étoile située à proximité. Les nuages de gaz qui entourent la Tête de Cheval se sont déjà dissipés. Ce qu'il reste de la nébuleuse semble plus compact et les astronomes estiment qu'il faudra environ cinq millions d'années pour que la Tête de Cheval disparaisse de notre ciel.

    Le 24 avril 2020, la Nasa et l’ESA fêteront le 30e anniversaire du lancement de Hubble. En attendant de découvrir la trentième « image iconique » qui sera dévoilée pour l’événement, nous vous invitons à replonger dans l’immense iconothèque du célèbre télescope spatial. Découvrez ou redécouvrez quelques-unes des plus belles et impressionnantes du catalogue de Hubble.

    À l’occasion du 23e anniversaire de sa mise en service, le télescope spatial Hubble avait livré une image inédite de la nébuleuse de la Tête de Cheval. © Nasa, ESA, and the Hubble Heritage Team (AURA/STScI)

    À l’occasion du 23e anniversaire de sa mise en service, le télescope spatial Hubble avait livré une image inédite de la nébuleuse de la Tête de Cheval. © Nasa, ESA, and the Hubble Heritage Team (AURA/STScI) 

    Source: https://www.futura-sciences.com/sciences/breves/images-telescope-hubble-30-ans-hubble-nebuleuse-tete-cheval-comme-vous-ne-avez-jamais-vue-2303/?fbclid=IwAR3RmZUC7p_mUfNk6FQ3o3CpfRpSMZjJ50UWJfW4eWT40oVRISL9U6NcVHQ#utm_content=futura&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=futura

  • LE 5.04.2020: Actualité de météo / Météo du lundi 6 avril : retour des pluies, mais pas pour tout le monde

    Après un dimanche ensoleillé, le temps se dégrade ce lundi 6 avril avec le retour des pluies dans l'ouest du pays. A l'est, le temps reste calme et sec.

    A retenir :

    Le retour de pluie et des températures en baisse dans l'ouest

    La douceur et un temps sec qui se poursuivent dans l'est

    Contexte général :

    Une perturbation atténuée traverse l'ouest de la France, accompagnée de faibles pluies éparses des Pyrénées aux côtes de la Manche. A lavant de cette dégradation, l'anticyclone résiste, maintenant un temps assez bien ensoleillé du Grand-Est à l’Auvergne jusqu'en Provence Alpes côte d'Azur et en Corse.

    Détail pars régions :

    De la Bretagne à l'Aquitaine, des pluies se produisent, le matin suivies d'un ciel variable alternant éclaircies et nuages menaçants l'après-midi. Il fait doux le matin (14°C en moyenne), mais les maximales affichent des valeurs en baisse de 5 à 8°C par rapport à dimanche, retrouvant un niveau de saison autour de 15°C.

    De la Normandie aux Pyrénées, le ciel se charge rapidement en matinée, précédant l'arrivée de quelques pluies éparses avant la mi-journée. Les températures maximales sont comprises entre 16 et 20°C.

    Des Hauts-de-France à l'Auvergne et au Roussillon en passant par le bassin parisien et le Centre val-de-Loire, le voile nuageux s'épaissit en milieu de journée, donnant quelques faibles pluies avant la fin de l'après-midi. Il continue à faire très doux avec des températures maximales entre 19 et 23°C.

    De Champagne et des Ardennes au Languedoc, le ciel se voile l'après-midi dans une grande douceur avec 20 à 24°C.

    A l'est du Rhône et de la Saône, le soleil brille du matin au soir de l'Alsace à la Corse, malgré le développement de quelques cumulus bourgeonnants l'après-midi sur les Vosges, le Jura et les Alpes. Les maximales affichent de 21 à 25°C.

    Le conseil du météorologue :

    Si vous devez sortir, le parapluie vous sera utile dans l'ouest de la France, d'abord de matin de la Bretagne à l'Aquitaine, puis l'après-midi entre les côtes de la Manche et les Pyrénées.

     

     

     

    SOURCES CHAINE METEO

  • LE 5.04.2020: Actualité de météo / Météo du dimanche 5 avril : du soleil et une grande douceur

    Après un beau samedi, ce dimanche 5 avril, le soleil brille à nouveau sur toute la France. Quelques nuages élevés apparaissent l'après-midi dans l'ouest et le vent d'Autan souffle assez fort sur Midi-Pyrénées.

    A retenir :

    La hausse des températures, des valeurs parfois dignes d'une fin mai cet après-midi

    Le vent d'Autan qui souffle assez fort sur Midi-Pyrénées

    Contexte général :

    La douceur qui s'installe ce week-end est liée à un anticyclone qui s'étend du Maghreb à l'Allemagne et  qui rejette les perturbations sur l'Atlantique, avec pour conséquence un temps ensoleillé et très doux sur l'ensemble de nos régions cet après-midi.

    Détail pars régions :

    De la Bretagne à l'Aquitaine, après une matinée ensoleillée, le ciel se voile cet après-midi. Il fait doux avec 18°C en Bretagne et 25°C sur le bassin aquitain.

    En Languedoc-Roussillon, le vent Marin se lève cet après-midi, apportant quelques nuages bas côtiers d'aspect brumeux près du littoral. Les températures s'échelonnent de 16 à 22°C du littoral vers l'arrière-pays.

    Sur Midi-Pyrénées, le vent d'Autan se lève et souffle à 80 km/h en rafales ce soir entre le Lauragais et le sud du Massif central. Les maximales culminent entre 10 et 23°C.

    Sur toutes les autres régions de France, le soleil domine du matin au soir dans un ciel tout bleu. Après une matinée un peu fraîche dans l'Est et sur le centre avec quelques faibles gelées blanches encore observées à l'aube, les maximales s'échelonnent cet après-midi entre 20°C en bord de Manche à 24°C dans les vallées d'Auvergne.

    Le conseil de notre météorologue :

    Si vous devez absolument sortir, pensez à vous habiller chaudement au lever du jour dans l'Est. L'après-midi, les lunettes de soleil et un chapeau peuvent être utiles pour éviter les coups de soleil si vous sortez pendant une petite heure.

     

     

     

     

     

     

    SOURCES CHAINE METEO

  • LE 4.04.2020: Actualité de l'astronomie / Les bases lunaires pourraient être construites avec l’urine des astronautes.

    Les bases lunaires pourraient être construites avec l’urine des astronautes

     

    Nathalie Mayer

    Journaliste

    Pour limiter les coûts des futures bases lunaires, l'idéal serait de développer des matériaux de construction à partir de composants présents sur place. Le régolithe, bien sûr. Mais aussi, l'urine des astronautes, suggèrent des chercheurs.

     

    L'année dernière, la Nasa (États-Unis) a annoncé sa volonté de retourner sur la Lune. Et même, d'y installer une base permanente. Mais le transport sur place de matériaux de construction s'annonce onéreux. Plus de 9.000 euros pour chaque demi-kilo de matériau convoyé de la Terre à la Lune ! C'est pourquoi des travaux sont menés afin de déterminer dans quelle mesure les matériaux présents sur place pourront être exploités.

    Aujourd'hui, une étude, réalisée en Norvège notamment, montre qu'un additif un peu particulier pourrait présenter bien des avantages lorsqu'il s'agira de fabriquer du béton à partir de régolithe lunaire. Incorporée dans le mélange, l'urine des astronautes pourrait en effet aider à rendre le matériau plus malléable avant qu'il durcisse finalement.

    Ici, des échantillons de béton lunaire fabriqués avec 3 % d’urée (U sample) ou avec 3 % de naphtalène (N sample), un additif commun. Avec des performances semblables. © Shima Pilehvar et al., Journal of Cleaner Production

    Ici, des échantillons de béton lunaire fabriqués avec 3 % d’urée (U sample) ou avec 3 % de naphtalène (N sample), un additif commun. Avec des performances semblables. © Shima Pilehvar et al., Journal of Cleaner Production 

    Une technique encore à développer

    L'idée a été testée à partir d'un matériau semblable à du régolithe lunaire développé par l'Agence spatiale européenne (ESA). Les chercheurs ont ainsi imprimé en 3D, des cylindres de ce béton un peu particulier : à base de régolithe et d'urine. Et ils ont vérifié qu'ils supportent des poids importants tout en gardant une forme stable. Même après avoir subi plusieurs cycles de chauffe - à 80 °C - et de refroidissement, comme ils pourraient en subir sur la Lune.

    Des résultats encourageants, mais qui doivent encore être complétés. Les chercheurs n'ont en effet pas encore de solution pour extraire, sur la Lune, l'urée de l'urine des astronautes. Car ce sont plus précisément les propriétés de cette substance qui sont ici exploitées. À moins que les autres composants de l’urine n'aient aussi un rôle à jouer dans l'élaboration d'un béton lunaire efficace. L'urine, après tout, se compose à plus de 90 % d'eau, a priori utile lorsqu'il s'agit de fabriquer un matériau de construction.

    Source: https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/exploration-lunaire-bases-lunaires-pourraient-etre-construites-urine-astronautes-80361/#utm_content=futura&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=futura

×